from bike trail to bike lane / De piste en piste

Mongolia (Ulaanbaatar) – Sandy trail side

After 1800 Km in Mongolia, here we are, in Ulaanbaatar (the capital).
We don’t really have time to waste, we have a flight in two days for South Korea, so we have to find quickly a bike cardboard and making them getting inside.
In UB, we’re hosted by Sebastian, a Warmshower, whom we transform the living room into our bike disassembly workshop. Even with small cardboard, everything finally squeeze inside, on weight side… we’ll see at the airport.

We’re lucky, MIAT, the national flight company is not very fussy about our luggage, we get our bikes registered with a “light” overweight (15 kg more for mine), same for checked baggage (25 kg instead of 20 kg). On Cabin baggage side, it’s more 12kg than the reglementary 5 kg…
We did have the right to visit the airport basement to empty our bags, some of our objects seem to worry customs checks: Stove, bicycle chain, Spray, bike tools, … Nothing serious, just enough to lose an hour. In short, everything ends up going well and we take-off to Seoul.

Korea (Seoul) – Bike lane side

Here either, no time to waste, we have to find a new host for tonight, the one we had, just had cancel our request 🙁
We’re lucky, we have Internet at the Airport and in some clics and mails, we find a new place for tonight. Good !

Now, we have to leave the airport. Our bike are quite well mounted (but we’ll see that later). Here we are on one of the two roads leaving the airport island. No realy time to enjoy it, we get arrested by police just after few kilometers, « bike are forbidden here… ». We suspected it a bit, but we didn’t realy have choice. Now we had a choice, staying to negotiate or to turn back and go to take the subway (we tried the first option, and finally use the second one). Here the subway have been designed also for cyclists, so no problem for us.

South Korea is a paradise for cyclists. Governement recently invest on 4000 km of bike lanes, they are all new and infrastructures are awesome. All along of the 600 km crossing the country, we found toilets (still with paper), drinking water point,  shadow, bike parkings, wifi, and even some showers and free campsites (with better standing than we found in Europe).

On mountain side, no problems, cause we have our own tunnels (just for cyclists) through it. For camping, we were told « Here, no one will tell you yes, but no one will tell you no… » so we don’t ask and we camp a bit where we want… without any problems.

About all the rest, we follow the « 4 river trail », a bike friendly itinerary through the country, from Seoul to Busan (633 km). Befort going on that one, we get a « bike passeport » that we can stamp all along the trail.
This is it, a big change that coming from Mongolian sand trail to Korean bike trail.

Besides we haven’t really visited the country (except Seoul city), it is one of the disadvantages of cycle routes, we get many advantage of the infrastructure, but we probably lack beautiful meetings with local …

Special thanks to Jieun and Jinju for their last minute hospitality in Seoul 🙂

 fr Version française

 

Mongolie (Oulan-Bator) – Coté piste sableuse

Après 1800 Km en Mongolie, nous voila arrivés à Oulan-Bator, la capitale.
Pas vraiment de temps à perdre, nous avons un vol dans deux jours pour La Corée du Sud, il nous faut donc rapidement trouver des cartons pour nos vélos, et les faire rentrer dedans.
Nous sommes hébergés chez Sebastian, un Warmshower, dont nous transformons le salon en atelier de démontage de nos vélos. Malgré des cartons un peu petits, on finit par tout y faire rentrer. Coté poids, on verra ça à l’aéroport.

Par chance, MIAT, la compagnie nationale, est assez peu regardante sur nos bagages, Nous passons donc les vélos avec un « léger » excédent de poids (15kg de trop pour le mien), idem pour les bagages en soute (25kg au lieu de 20kg). Coté sac en cabine il avoisine plus de 12kg que les 5 réglementaires…
Nous avons quand même eu le droit à une visite des sous sol de l’aéroport pour vider nos sacs, certains de nos objets semblent inquiéter la douane : Réchaud, chaine de vélo, Spray dégraissant, outils de vélo, rien de bien grave, juste de quoi nous faire perdre une heure. Bref, tout finit par passer et nous voila partis pour Séoul.

Corée du Sud (Séoul) – Coté piste cyclable

Ici non plus, pas vraiment de temps à perdre, il nous faut trouver un logement pour ce soir, notre hôte vient de nous lâcher 🙁
Par chance on trouve internet assez facilement à l’aéroport, quelques clics et mails plus tard, nous avons trouvé un nouveau logement, ouf !

Il faut maintenant quitter l’aéroport, les vélos remontés tant bien que mal (on s’occupera de la maintenance plus tard) nous voilà parti sur l’une des deux seules routes quittant l’ile. Pas vraiment le temps d’en profiter, nous nous faisons arrêter par la police après quelques kilomètres, les vélos sont interdits ici… On s’en doutait un peu, mais on n’avait pas vraiment le choix. Maintenant, on a le choix, ou rester sur place à négocier ou faire demi tour et aller prendre le métro (on a tenté la première option, puis finalement, la seconde). Ici le métro a été conçu pour transporter les vélos, donc pas de soucis à se faire.

La Corée du sud, est un paradis pour les cyclistes, le gouvernement à investit récemment dans près de 4000 km de pistes cyclables, elles sont flambant neuves, et les infrastructures sont impressionnantes, tout au long des 600km qui nous font traverser le pays, nous trouvons, des toilettes, points d’eau, zones d’ombres, parkings à vélo, wifi, et même des douches et des campings gratuits (avec de meilleurs standings que certains pays en Europe).

Coté route, la montagne ne nous gêne pas, ou peu, puisque nous avons nos propres tunnels (juste pour nous, les cyclo) à travers celle ci.
Pour le camping, on nous a dit: « Ici, personne ne vous dira oui, mais personne ne vous dira non… » alors on ne demande pas, et on campe un peut ou on veut… sans soucis.

Pour le reste, nous avons suivi  le « 4 river Trail » un itinéraire cyclable reliant Séoul à Busan (633km). Avant de s’éancer sur celui-ci, est est possible de se procurer un « passeport cyclo » qu’il est possible de tamponner tout au long du parcours
Voila c’est donc un gros changement que de passer des pistes (de sable) mongoles au pistes (cyclables) Coréennes.

Du reste nous n’avons pas vraiment visité le pays, c’est la un des inconvénients des pistes itinéraires cyclables, on profite de l’infrastructure, mais on manque probablement de belles rencontres avec les locaux…

Un remerciement spécial à Jieun et Jinju pour leur accueil de dernière minute à Séoul 🙂

5 réflexions au sujet de « from bike trail to bike lane / De piste en piste »

  1. Well am I the only one to comment on this journey?! Anyway Thanks for sharing this!! I have learned smthg really interesting about South Korean cycle path!! Looks awesome!! Have a great trip ahead!!

  2. Merci encore et toujours pour tes impressions de voyage et
    tes photos d’inspiration humoristique .Les pistes cyclables
    laissent la tete sans doute plus libre et légère que les pistes
    ensablées de Mongolie.
    Les cyclistes coréens atablés au bord des pistes cyclables
    ont plutot l’air sympathiques …
    Bonne continuation
    Agnes

  3. It’s a pity you don’t have a donate button! I’d without a doubt donate to this fantastic blog!
    I suppose for now i’ll settle for bookmarking and adding your
    RSS feed to my Google account. I look forward to new
    updates and will share this site with my Facebook group.
    Talk soon!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *