Immersion in Japan / Immersion au Japon

It’s been two month that I’m in Japan, It was for me the opportunity to share Japanese daily life, living a bit with locals without my bike.
While arriving here, I had two objectives: make a new passport (my current one is full of visas) and asking for my Chinese visa. Meanwhile, I wanted to visit Yohann, a French friend living here since around ten years. I hadn’t seen him since 2002
Small story about Nippon’s life

Barely down of the ferry linking Korea and Japan, that I meet Mizuki. He just came to talk with me while I was eating on a bench. I planned cycling a bit today, but when he invite me to his home, I find this proposition much better than cycling…
One hour later, I’m relaxing in a deck chair, under a warm sun with a fresh beer in my hand… No, Japan, couldn’t start better. On top of that, tonight it’s BBQ with Mitsuko’s parents, his wife and kids and some of his neighbors.

Few days later as I was Leaving Shikoku island to join Honshu (the main island), a man came to me on the ferry, His name is Jiro and he is living on Shōdoshima island.
He belongs of WWOOF program (World Wide Opportunities on Organic Farms), so this is naturally that he proposes me coming to his farm.
Barely down of ferry at Shōdoshima, I took direction of his small farm… it climbs slightly but it’s a happiness getting a shelter (it rains for three days) and having a warm shower. Tonight I also have my own bedroom and a true bed. To top it all, we eat some vegetables of the garden deliciously cooked by his wife and, Oli and Ploy, two English who came to give a hand for few days.


Unfortunately I cannot stay long time there, I have to be in Kyoto in two days to redo my passport. So, next day, I’m back on the road.

Quick passing through Kyoto. Hard to visit the city due to my bicycle and all my luggage, so I decided to have a rest in a park, waiting the evening where I’m supposed to meet Koki my host.
While I was resting, I met Toako, who intrigued by my bike start, as she can conversation, with a mix of Japanese, English and Spanish… I’ll meet her again in the afternoon, while leaving the park.


Next day, while I was visiting a bit Kyoto (enjoying to leave my bike at Koki’s place) a car honks me, It’s Toako again, this time she invite me on her Mexican restaurant, not so far from the place I was. So tonight to change on pasta, it’ll be mexican salad, tacos, burritos, paella and home made mango yogurt…

Next destination: Iijima.

In Iijima, I meet, Yohann, a French friend who have found happiness in Japan (His wife and their 3 kids). It make 13 years that I haven’t seen him, so I couldn’t imagine coming in Japan without coming there.
No really plans while coming there, I’m here for an unknown duration… I still have 3 weeks waiting before my passport arrive in Tokyo, so I enjoy. My bedroom is Japanese style with sliding doors and tatami on the floor, and of course i slept on a futon.
About communication, Yohann is my translator, and fortunately, cause just arrived, press is already there…It owe me three articles in the press and a meeting with the mayor.


After all, I stayed two weeks there, just time I was needed to clean and dry my stuff, cause with humidity everything start to mold and smelling very bad. It’s also occasion to clean my bike. And of course occasion to get out a bit, meeting new people and visiting Nagano province. A huge thank to Yohann for these two weeks.

My passport is arrived in Kyoto, it should follow in Tokyo so it’s time for me to leave.

On my way I pass by Tokyo airport before going to Tokyo. There I meet Marion, she is arriving from Italy with Fol’Dingo her bicycle. After a bit more than 2500 km in France and Italy, she took a flight to Japan, so we’ll continue together. Up to where, when ? Like with Amir, the future will tell.


My solo adventure is over after a bit more than one month, but it’s with pleasure that I leave with Marion.

In Tokyo, we are first hosted by Roman, a Romanian who teach Japanese literature… then we move at Mio’s place, a friend of Aya that I met one year ago in Istanbul, this is also a good opportunity to see Aya. Then we move to Kazu (Kazumoto) and Tomo’s place where we met Tom, an Australian cyclist and the Saito’s family (owner of Kazu’s home)
Tom get back on the road next day, we stay a bit with Kazu and Tomo, waiting for our Chinese visa. While waiting, we visit Tokyo and in the evening, play with Mr. Saito’s daughters.

As soon as we get our Chinese visa, we can go, but a typhoon is in approach, so we stay one day more. The typhoon season is there, weather is wet and hot. Next typhoon is already in approach from Japan

Small bend to call on Yohann before leaving his paradise island, we take the opportunity to send back in France a box with some useless stuff… Still 9 Kg!
We also book our ferry to Shanghai, it leaves Osaka 31st, which should be ok to join Osaka if the typhoon leaves us, but nothing is sure.

Daily, temperatures get over 40°c, humidity prevents sweat from evaporating, we sweat, we tights. Today around end of morning, we ended last pass of the day, this afternoon, it’ll be downhill only, so let’s have a break close to a very small lake, but under shadow of course.
While were having a rest, a woman came to us talking in French, it’s Emi, a Japanese woman, she learned French in Africa. She is living close to here and came to see us for talking a bit (after her neighbor warn her that he have seen a French flag on bicycles). She invites us to her place, and it’s with her husband, neighbor and their kids that we have lunch today
Unfortunately our ferry is booked in Osaka, we haven’t time to stay there longer. But it was really a nice meeting. Thanks Emi

We are almost in Osaka, but tonight, weather is getting bad, we have to find soon a place to camp, all right, it’ll be close to a dam (well, not so close). For shower we are going little bit upper on the river. While Marion was having her shower in the river we met a woman, walking with her dog. I think she had pity of us, regardless, she propose us to have a « true » shower at her place, not so far. Let’s go.
We are arriving to Takeki and Kazumi’s place, not really time to sit down, that we have a meal ready.


Finally they invite us for sleeping on a true bedroom, for them, the riverside looks too dangerous for us… We leave only the next morning after a good night and super breakfast. Osaka is not so far.

Beyond these meetings, and moments shared, Japan is a green island, where as soon you get out of city, you can get lost in mountains, cycling up and down, and up and down again… So as soon as possible I left main roads to get lost in this jungle, taking roads as small as possible and all right for gradient. This is the way I discovered japan, alternating between rice plantation landscapes and forests, rivers and temples lost in mountains here and there…
But for that pictures tell more than words.

And some pictures of Tokyo

Now, direction Shanghai…

 fr Version française

Voilà deux mois que je suis au Japon, ça aura été pour moi l’occasion de partager un peu le quotidien des Japonais, vivre sans mon vélo.
En arrivant ici, j’avais deux impératifs : refaire mon passeport (que les visas ont rempli plus rapidement que prévu) et demander mon visa Chinois. Entre temps je voulais passer voir Yohann, un ami français vivant ici depuis près de dix ans, je ne l’avais pas revu depuis 2002 !
Petit récit des moments de vie nippone.

À peine descendu du ferry qui relie la Corée au Japon, que je fais la connaissance de Mizuki. Il est simplement venu discuter avec moi alors que je déjeunais sur un banc. J’avais bien prévu de rouler un peu pour mon premier jour, mais lorsqu’il m’a invité chez lui, j’ai trouvé la proposition tellement plus intéressante que de pédaler…
Une heure plus tard, me voila dans un transat, sous le soleil, une bière fraiche à la main… Non, le Japon ne pouvais pas mieux commencer, d’autant plus que ce soir c’est barbecue avec les parents de Mizuki, sa femme et ses enfants, et quelques voisins venu faire la rencontre de cet étrange cycliste que je suis à leurs yeux.

Quelques jours plus tard, quittant l’île de Shikoku pour rejoindre Honshu (l’ile principale), un homme vient me voir dans le ferry, il s’appelle Jiro et habite sur l’île de Shōdoshima. Il fait partie du programme WWOOF (système de bénévolat dans une ferme bio en échange du logement et de la nourriture). C’est donc tout naturellement qu’il me propose de passer par chez lui.
Du coup, à peine débarqué à Shōdoshima, je prends donc la direction de sa petite ferme… Ça grimpe un peu, mais en arrivant quel bonheur de pouvoir se mettre un peu à l’abri (ça fait 3 jours qu’il pleut sans cesse) et d’avoir une douche chaude. Ce soir j’ai même le luxe d’avoir ma propre chambre et un vrai lit. Pour couronner le tout nous mangeons quelques légumes du jardin délicieusement cuisinés par sa femme et Oli et Ploy, deux anglais qui sont venu leur donner un coup de main pour quelques jours.
Malheureusement je ne peux pas rester les aider demain, j’ai rendez-vous à Kyoto dans deux jours pour refaire mon passeport. Dès le lendemain, me voilà donc de retour sur la route.

Passage rapide à Kyoto. Difficile de visiter la ville avec mon vélo chargé, je me pose donc dans un parc en attendant le soir, ou je dois retrouver Koki, qui m’héberge le temps de lancer les démarches pour mon nouveau passeport.
Alors que je faisais une sieste je rencontre Toako, qui intrigué par mon vélo entame tant bien que mal la conversation avec un mélange de Japonais/Anglais/Espagnol… Je la recroise en repartant du parc en fin d’après midi.
Le lendemain alors que je visitai un peu la ville (allégé de mon vélo qui est resté chez Koki) une voiture me klaxonne, c’est de nouveau Toako cette fois, elle m’invite dans son restaurant, un petit mexicain, non loin de la ou je me trouvais. Alors pour changer des pâtes, ce soir ça sera Salade mexicaine, tacos, buritos, paella, et yaourt (maison) à la mangue…

Prochaine destination : Iijima.

À Iijima, je retrouve Yohann, un ami français qui a trouvé son bonheur au Japon (Sa femme et leurs 3 enfants). Ça fait 13 ans que je ne l’ai pas revu, alors je ne pouvais pas imaginer passer au japon sans passer le voir.
Pas vraiment de plans en arrivant ici, j’arrive pour une durée inconnue… J’ai encore 3 semaines avant que mon passeport n’arrive à Tokyo, alors je profite. Ma chambre est typiquement japonaise, panneaux coulissants et tatami au sol, pas de lit, je dors sur un futon. Coté communication, c’est Yohann mon interprète, et heureusement car à peine arrivé, la presse est déjà la… ce qui me vaut 3 articles dans la presse et une rencontre avec la maire de la ville.
Au final je suis resté un peu moins de deux semaines chez Yohann, tout juste ce qu’il me fallait pour nettoyer et faire sécher mes affaires, avec l’humidité ça commence à moisir et à sentir très mauvais, c’est aussi l’occasion de nettoyer et réparer mon vélo. Et bien sur, de sortir un peu, de rencontrer des gens, de visiter la région… Un énorme merci à Yohann pour ces deux semaines.

Mon passeport est depuis arrivé à Kyoto, il devrait suivre à Tokyo, il est temps pour moi de repartir.

Petit tour par l’aéroport de Tokyo avant de rejoindre la ville, j’y retrouve Marion, qui arrive d’Italie avec Fol’Dingo son vélo. Après un peu plus de 2500km en France et en Italie, elle à pris un vol pour le Japon, nous continuerons donc ensemble. Jusqu’ou, jusqu’à quand ? Comme avec Amir, l’avenir nous le dira.
Mon aventure en solitaire aura donc duré un peu plus d’un mois… mais c’est avec plaisir que je repars avec Marion.

A Tokyo nous sommes d’abord hébergés par Roman, un Roumain enseignant la littérature Japonaise… puis Chez Mio, une amie de Aya, rencontrée il y a tout juste un an à Istanbul, du coup c’est aussi l’occasion de revoir Aya. Nous bougeons ensuite chez Kazu (Kazumoto) et Tomo, ou nous rencontrons Tom, un cycliste australien ainsi que la famille Saito, propriétaires de l’appart de Kazu.
Tom a repris la route vers la Mongolie, nous sommes resté un peu chez Kazu et Tomo, le temps que notre visa soit prêt, remplissant nos journées entre visite de Tokyo et jeux avec les filles de M. Saito le soir.

Notre visa Chinois en poche nous pouvons repartir. Mais nous restons encore une journée au chaud le temps que le typhon s’estompe un peu. La saison des Typhons est belle et bien commencée, le temps est devenu très humide et chaud, d’ailleurs le prochain typhon est déjà en approche du Japon.

Petit passage chez Yohann pour lui dure au revoir avant de quitter son île paradisiaque, on en profites pour renvoyer quelques affaires qui nous encombrent, ou nous alourdissent… 9 kg tout de même !
Voila, le ferry est réservé pour le 31, ce qui devrait nous laisser le temps d’arriver à Osaka. Si le typhon qui arrive accepte de nous éviter, mais c’et loin d’être gagné.

Quotidiennement les températures passent les 40°c, l’humidité empêche la transpiration de s’évaporer, alors on transpire et on est collants.
Aujourd’hui, en fin de matinée nous atteignons le dernier col de la journée, cet après ça sera de la descente, une petite pause s’impose, près d’un tout petit lac, à l’ombre (bien sur). Alors que nous sommes posés, une femme arrive, nous parlant en français, Il s’agit d’Emi, une japonaise ayant appris le français en Afrique. Elle habite non loin d’ici. C’est son voisin qui, ayant vu mon drapeau français l’a prévenu que des voyageurs avec de gros vélos étaient ici. Elle est donc venue à notre rencontre pour discuter un peu et finalement nous inviter à déjeuner chez elle. C’est donc avec son mari, son voisin et leurs enfants que je déjeunons aujourd’hui. Malheureusement notre ferry est réservé à Osaka, nous n’avons pas le temps de nous éterniser ici, mais ce fut une belle rencontre.

Nous voila presque à Osaka, mais ce soir, le temps se gâte, il nous faut trouver rapidement un coin ou poser notre tente, tant pis ce soir ça sera sur la rive en contrebas d’un barrage (bon pas trop près de la rivière quand même). Pour la douche on remonte un peu plus haut trouver un cours d’eau. Alors que Marion se lavait, une dame promenant son chien passe à coté de nous. Je pense qu’elle a eu pitié de nous, dans tous les cas elle nous a proposé de passer chez elle, juste à coté, pour prendre une « vraie » douche… Pas de refus!
Nous arrivons donc chez Takeki et Kazumi, à peine le temps de s’asseoir que nous sommes déjà invités à manger avec eux. Finalement, ils nous proposent une chambre, le bord de la rivière leur semble trop dangereux… Nous ne repartirons que le lendemain après une bonne nuit et un bon p’tit déj.
Osaka pointe son nez.

Au delà de ces rencontres et moments de vie partagés, le Japon est une île verdoyante, ou dès que l’on sort de la ville, on se retrouve perdu au milieu des montagnes, à monter et descendre, et, monter et descendre encore… Alors dès que possible, j’ai quitté les itinéraires principaux, pour aller me perdre dans cette jungle, prendre les routes les plus petites possibles, et tant pis pour les dénivelés. J’ai ainsi que j’ai découvert le Japon, alternant les paysages de rizières avec ceux de forêts, enchainant les rivières et les temples dissimulés ici et la… Mais pour cela les photos parlent d’elles mêmes.

Et quelques photos de Tokyo.

Maintenant direction Shanghai…

12 réflexions au sujet de « Immersion in Japan / Immersion au Japon »

    1. Reveratrol is an remove of dark wine, the trick to good skin in the center age ranges. Turnaround for the your skin layer clock as well as escape ageing along with anti-aging natual skin care dietary supplements that provide lifestyle to your dermititis! Anti-aging natual skin care supplements will certainly coebndirasly customize the means you peer along with really feel! Look and feel youthful as well as fabulous once and for all using anti-aging skin care dietary supplements!

  1. Dans ma lutte contre le cancer, je parlais des bienfaits de l »amitiéthérapie ».
    Je crois bien que vous avez découvert l' »amitiéthérapie » japonaise.!!!
    Ça fait du bien de lire votre récit…… Vous devez être regonflés à bloc.
    Bon voyage en Chine…. et… attention aux tornades !!!!
    Je vous embrasse

  2. merci pour ce voyage chez nos amis japonais que l’on découvre au fil des mots ,des superbes photos et des sourires….belle route chinoise …..bisettes affectueuses Antoine ainsi qu’à la »petite mouette »!!!! take care…..

  3. Antoine, cela fait plus d’un an que nous nous sommes rencontrés lors de ton passage à Munich. Je continue toujours de suivre tes aventures et trouve ca formidable. J’ai bien pensé à toi les 2 dernières semaines où j’étais en Chine. Si tu compte remonter au nord à Pékin, prends les masques à gaz. Bonne route

  4. That film is a work of postmodern genius. I watched it several tisnh.Tmaeks for the great day on Saturday!! Next time come to our place and I’ll supply all the wine. ;-)- wry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA
Change the CAPTCHA codeSpeak the CAPTCHA code