This is Pamir! / Le Pamir, c’est ça!

Diary of our crossing of Pamir:

November 10th, 6:30pm.
After a first fail to spring upon Pamir, We’re back in Dushanbe.
Cycling in snow is nice, but we are not so far ahead, in contrast, our visa do, we still have less than ten days before we have to leave Tajikistan
Impossible to cross the Pamir in these conditions, we need almost one week to cycle to Khorog, the first city. If we want to cross the Pamir, the only solution is taking a taxi up to Khorog to catch up lost time.

November 12th, 8:00am.
After a day of rest/cleaning bikes/repair/laundry/… Here we are gone, charging our bikes on a 4WD taxi, ready to catch us on Tajik unpaved roads 600km far away, to catch up the gap. Well, that is what we expected.
The travel was supposed to be less than 12 hours. Leaving at 8am makes us in Khorog for the night, but that was without our usual luck…

November 12th, 10:00pm.
After more than 12 hours to drive on bumpy tracks (more some hours to make some breaks), our driver begins to frown; his engine seems to be dead, since few hours it shown some serious failure sign, but now, it refuses to start again. Nothing to do, except waiting.
After 1 or 2 hours to (almost) sleeping at 6 on the 4WD, an other vehicle came to pick us for Khorog, the driver propose us to get in, but obviously, our bikes don’t have their place there. No hesitation, we refuse, no way we leave our bikes, even if we have to spend our night in the 4WD.

November 13th, 4:50am
A Tajik truck accepts to tow us. With some end of cables fixed with a pipe wrench, we harness the 4WD.
The vehicle is a bit heavy and the cable constantly breaks, but a small node here, another there, and we did it (or rather, the driver did it, cause we stay warm in the taxi). After few hours and many cable break, here we are in Khorog, we just have to push the taxi up to a safety place, then joining our guesthouse

November 13th, 6:00am.
Is it still needed going sleeping? The sun start shining, we will therefore set 22h to join Khorog.

November 13th, 10:00am.
Finally, after a (very) short night, we leave on the M41, we have more than 500km and 4 pass over 4000m before getting in Kyrgyzstan.
To comfort us in our adventure the day before, landscapes are up to their reputation, wonderful. We cross many villages and sun in there, if temperatures were following it would be nice, meanwhile we are frozen.

November 15th, 3:00pm.
We arrive down to the first of four passes over 4000m, this one is 4300m. A small lunch break is needed before continuing, we are just 7km from the pass and we have little bit more than 2 hours of sunlight, perfect to get over the pass and get down on the other side. But that was without counting on our usual luck.
The road is completely icy, inclination over 10% and of course, here it’s unpaved road now. So it’s more than 2 hours that we needed to make those 7 km. Time to get up and the night was coming, we tried to get far away, but passed under -10°c we stop, we still have the tent to mount and try to cook. To continue on our way, we don’t have water anymore (at least not « liquid » water), impossible to cook like that, we will have to stop cars and trucks to ask water… Well, a good evening is preparing, and temperature is getting lower and lower.

November 16th, 8:00am.
The sun’s ray warm slowly our tent, now it’s « only » -16°c. Outside temperature is around -18°c -20°c. This night has been fresh and short. Our sleeping bags aren’t really made for this kind of temperatures, particularly Amir’s one, which was almost good when temperatures get negatives. Well, almost wake up, we start being cold, no time to waste, we unmounts the tent and get back on our bikes.

November 17th, 8:30pm.
After cycling more than one hour on the glow of our bikes, we finally find a house in the dark of the night, just a window was shining. It’s Marsoud who lives here, when he show us on his door, his only question has been « are you cold? », then without waiting an answer, he make us go home. Time his wife make us a cup of hot tea, he already put our bikes away from snow and cold.
His house is tiny but he lives here with his wife and his 3 children. Tajik hospitality is no longer un doubt, and once more, we paid the price, impossible to sleep in the kitchen or other room, it’s their bedroom they leave us, them they will pile up to 5 in the kitchen.

November 19th, 10:30am.
Here we are, after more than an hour to make less than 2km, we are arriving on the Ak-Baital pass. Littered at 4655m it’s the second highest paved road in the world, and the highest point of the Pamir Highway (M41). At this altitude it’s difficult to pedal more than 100m without running out of steam, so I stop 5 minutes each 100m… obviously we need little bit more time. Impossible to enjoy the view from this pass, too much wind, too much snow, too cold, so we get back on our bikes and we get down on the north side, quietly towards Kyrgyzstan.

November 20th, 4:20pm.
After a hard day with a cold face wind, rain then snow, we officially get out of Pamir, or at least of the autonomous region of Pamir, it was time, our visa end today and the night will be there in half an hour… Phew, we did it. Again few meters and we also get out of Tajikistan. The entry border to Kyrgyzstan is few kilometers away, so all right, we will sleep between the two border this night.

November 21th, 11:00am.
Here we are, the Kyrgyz border, militaries in every direction, and a particular sense of hospitality. Just we get our input stamp, they ask us to leave immediately the area, without more explications. So, as good cyclists we are, we left. We were hoping for a beautiful cleared of snow road, and once again we should not have the same dictionary. Here « cleared of snow » means « which can be done by 4WD or trucks » but if you are cycling… so, you push..

November 22th, 10:00am.
We just have a very fresh night (-20°c), tents are directly on snow. The Pamir is over, but the Pamir Highway continues in Kyrgyzstan, up to Bishkek. So after pushing our bikes all the day long the day before, we start again up to Sary-Tash, from there we will be on the only road crossing all the country, so we are hoping, little bit more cleared of snow…

November 22th, 3:00pm.
There it is, back on dry land, or rather on paved road little bit less covered by snow. So we push almost 40km this last two days, it’s with a great pleasure that we can get back on our bikes.

December 4th 5:00am.
Night arrival in Bishkek. From Kyrgyzstan, we just have seen frog, rain and snow. Temperatures side, we struggled get over 0°c. So we will have to came back to enjoy nice Kyrgyz landscapes. Meanwhile we can consider that we get over this legendary road for cyclists, which is the Pamir Highway.

[Version francaise]

Journal de bord de notre traversée du Pamir:

10 novembre, 18h30.
Après un premier échec à s’élancer sur le Pamir, nous voila donc revenus à Douchanbé. Aller faire du vélo dans la neige c’est bien beau, mais on n’avance pas, en revanche notre visa lui avance, il nous reste moins d’une dizaine de jours avant de devoir quitter le Tadjikistan. Impossible de traverser le Pamir dans ces conditions, il faut déjà une semaine pour rallier Khorog, la première grande ville. Si nous voulons traverser le Pamir, la seule solution est de prendre un taxi jusqu’à Khorog pour rattraper le temps perdu.

12 novembre, 8h00.
Apres une journée de repos/nettoyage des vélos/réparations/lessive/… Nous voila donc repartis, à charger nos vélos sur un taxi 4×4, prêt à nous emmener sur les pistes Tadjikes 600 km plus loin, pour nous faire rattraper notre retard. Enfin nous le croyions.
Le voyage était censé durer un peu moins de 12h. En partant à 8h nous devions être a Khorog pour la nuit, mais ça c’était sans compter sur notre chance habituelle…

12 novembre, 22h00.
Après plus de 12 heures à piloter son véhicule sur des pistes défoncées (plus le temps de faire quelques pauses), notre chauffeur commence à faire grise mine, son moteur semble avoir rendu l’âme, depuis quelques heures il montrait de sérieux signes de fatigue, mais la, il refuse de redémarrer. Rien à faire, si ce n’est que d’attendre.
Apres 1 ou 2 heures à (presque) dormir à 6 dans le 4×4, un autre véhicule arrive enfin pour nous emmener jusqu’à Khorog, le chauffeur nous propose donc de passer dedans, mais forcément, nous vélos n’ont pas leur place ici. Pas d’hésitation, on refuse, c’est hors de question de repartir sans nos vélos, quitte à passer la nuit dans le 4×4…

13 novembre, 4h50.
Un camion Tadjik, accepte de nous remorquer. Avec des bout de câbles fixé avec une clé à pipe, nous harnachons le 4×4.
Le véhicule est un peu lourd et le câble casse sans cesse, mais un petit nœud par ci, un autre par la, et on y arrive (ou plutôt le chauffeur y arrive, nous, on reste bien au chaud dans le taxi). Après quelques heure et de nombreuses ruptures du câble nous voila à Khorog, il ne reste plus qu’à pousser le taxi jusqu’à un endroit ou il ne gênera pas la circulation, et a rejoindre à pied notre auberge.

13 novembre, 6h00.
Est-ce bien encore la peine d’aller dormir? Le soleil commence à se lever, on aura donc mis 22h pour arriver à Khorog

13 novembre, 10h00.
Finalement, après une (très) courte nuit, nous repartons sur la M41, il nous reste plus de 500km avec 4 cols à plus de 4000m, avant d’arriver au Kirghizstan.
Pour nous consoler de notre aventure de la veille, les paysages sont à la hauteur de leur réputation, magnifiques. Nous traversons de nombreux villages et le soleil est de la partie, si le thermomètre suivait ça serait top, en attendant on a bien froid.

15 novembre, 15h00.
Nous arrivons au pied du premier des quatre cols à plus de 4000m, celui-ci culmine à 4300m. Une petite pause déjeuner s’impose avant de se lancer sur cette petite grimpette, nous ne sommes plus qu’à 7 km du col et il nous reste un peu plus de 2 heures de soleil, parfait pour le passer et redescendre de l’autre coté. Mais ça, c’était sans compter sur notre chance habituelle.
La route est complètement verglacée, l’inclinaison à plus de 10%, et bien sûr, sur cette portion, on oublie la belle route et on repasse sur de la piste. C’est donc plus de 2h qu’il nous faudra pour faire les 7 km en question. Le temps d’arriver en haut et la nuit pointe déjà son nez, nous tentons bien d’avancer mais le froid nous rattrape, passé sous -10°c nous nous arrêtons, il faut encore monter la tente et tenter de cuisiner. Pour bien continuer, nous n’avons plus d’eau (du moins plus au stade liquide), impossible de cuisiner ainsi, nous devons arrêter des voitures et camions pour leur demander de l’eau… Bref, une bonne soirée en perspective, et la température qui continue de chuter…

16 novembre, 8h00.
Les rayons du soleil réchauffent lentement notre tente, il n’y fait plus « que » -16°c. Dehors, on est entre -18°c et -20°c. La nuit a été fraiche et courte. Nos duvets n’étaient pas vraiment prévus pour descendre aussi bas, surtout celui d’Amir qui suffit tout juste quand on passe en températures négatives. Bref, à peine réveillées qu’on commence déjà à se refroidir, pas de temps à perdre on démonte la tente plus vite que jamais et on repars sur nos vélos.

17 novembre, 20h30.
Après avoir pédalé plus d’une heure à la lueur de nos lampes de vélo, nous trouvons enfin une maison, dans l’obscurité de la nuit, seule une petite fenêtre brille. C’est Marsoud qui habite ici, quand il nous voit à sa porte, sa seule question à été « vous avez froid ? », puis sans même attendre notre réponse, il nous fait rentrer chez lui. Le temps que sa femme nous serve une tasse de thé bien chaud, qu’il avait déjà mis nos vélos à l’abri du froid et de la neige.
Sa maison est minuscule mais il y vit avec sa femme et ses 3 enfants. L’hospitalité Tadjik n’est plus à démontrer, et encore une fois nous en avons fait les frais, impossible de dormir dans la cuisine ou une autre pièce, c’est leur chambre qu’ils nous laissent, eux s’entasseront à 5 dans la cuisine pour la nuit.

19 novembre, 10h30.
Nous y voila, après plus d’une heure pour faire moins de 2km, nous arrivons au col Ak-Baital. Jonché à 4655m c’est le second plus haut col goudronné au monde, et le plus haut point de la Pamir Highway (M41). À cette altitude il est difficile de pédaler plus de 100m sans s’essouffler, alors je m’arrête 5min, tous les 100m… forcément on met un peu plus de temps. Impossible de profiter de la vue du haut du col, trop de vent, de neige, trop froid, alors on remonte sur nos vélos et on se laisse aller sur le versant nord, à repartir tranquillement vers le Kirghizstan.

20 novembre, 16h20.
Après une journée bien difficile avec un vent glacial de face, de la pluie puis de la neige, nous sortons officiellement du Pamir, ou tout du moins de la région autonome du Pamir. Il était temps, notre visa se termine aujourd’huit même et la nuit sera tombée dans moins d’une demi heure… ouf, nous l’avons fait. Encore quelques mètres et nous sortons aussi du Tadjikistan. Le poste frontière d’entrée au Kirghizstan est à quelques kilomètres, alors tant pis, on dormira entre les deux frontières ce soir.

21 novembre, 11h00.
Nous y voila, le poste frontière Kirghiz, des militaires dans tous les sens, et un sens de l’accueil particulier. À peine notre tampon d’entrée obtenu, on nous demande de quitter immédiatement la zone, sans plus d’explications. Alors en bons gentils cyclistes que nous sommes, on part. Nous espérions de la belle route déneigée, et, encore une fois, on ne doit pas avoir le même dictionnaire. Ici déneigé, signifie « qui peut se pratiquer en 4×4 ou camion » mais si tu es à vélo… et bien tu pousses.

22 novembre, 10h00.
Nous venons de passer une nouvelle nuit bien fraiche (-20°c), les tentes posées à même la neige. Le Pamir est terminé, mais la « Pamir Highway » continue au Kirghizstan, jusqu’à Bichkek. Alors après avoir poussé nos vélos toute la journée la veille, nous recommençons jusqu’à Sary-Tash, à partir de la on sera sur la seule route qui traverse le pays, donc, nous l’espérons, un peu plus déneigée…

22 novembre, 15h00.
Et voila, de retour sur la terre ferme, ou plutôt sur la route bitumée un peu moins enneigée. Nous avons donc poussé près de 40km ces deux derniers jours, c’est avec un grand plaisir que nous pouvons enfin remonter sur nos vélos.

04 décembre, 5h00.
Arrivée nocturne à Bichkek. Du Kirghizstan, nous n’avons pas vu grand chose, si ce n’est du brouillard, de la pluie et de la neige. Coté températures, le thermomètre à peiné à repasser au dessus de 0°c. Bref, il faudra revenir pour pouvoir profiter des magnifiques paysages Kirghiz. En attendant on peut enfin considérer que nous avons terminé cette route mythique pour les cyclistes, qui est la Pamir Highway.

3 réflexions au sujet de « This is Pamir! / Le Pamir, c’est ça! »

  1. Purée !!!!! (pour être poli !)
    C’était à n’en pas douter des paysages super grandioses, mail il a fallu les mériter…… Ils n’en sont que plus beaux, et vous seuls en savourez la valeur !…. Sacré Cadeau ( ou cadeau Sacré) pour la Vie que vous vous êtes offert pour la fin 2014 !!! Chapeau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA
Change the CAPTCHA codeSpeak the CAPTCHA code