Two month in Vietnam / Deux mois au Vietnam

From Hạ Long to Hô-Chi-Minh

Short stay in Vietnam, after two month in China. We are happy to finally pass the border, and arrive in South-East Asia.

We main change is welcome from local people, here a smile call an other one, kids with bike join us after school, trying to communicate with their few english words. Our first feelings are quite positive.
In the north, we found mainly rice fields out out of sight, and more we go south, more crops are diversified, now we have coffee, peper, cassava and hevea (rubber tree)
So ,it’s a bit difficult to find places for camping in the north.

Our first stop will be at the Ha Long Bay, more exactly in the Lan Ha Bay, not classified by UNESCO, it is less touristy and very similar to Ha Long.
For that, we go to the small Cat Ba island, where we found Colline and Mathieu that we met at Yangshuo (China). We decided to rend kayak to visit by ourselves the bay, we also get with us our tent to go to sleep on a lost beach of that bay.
Lost between many island, and floating villages, this bay is magic, but a tropical storm is approaching, we have to get back earlier than expected .
Next we get the « motorised » option to visit rest of the island, with motorbike.

Then we take Hà Nội direction, Vietnamese capital. The idea was to make a visa extension, but we arrive too early, our visa have too long validity, impossible to extend it here… Meanwhile, we don’t realy found interest to this city, most of people move with scooter, so street are full, creating traffic jams of motorbike. Here we can go up to two, three, four, five and even six on only one scooter, here, if there is place, you can go. So, we remains quitely on our bikes, then we get back on the south road.

In Vietnam, there is two main roads:
Road 1, which go from Hà Nội to Hô-Chi-Minh, following the coast, and the HCMR (Hô-Chi-Minh Road) which follow the same direction, but more in the inlands, these two main axes are too big for us, so we use small and quiter roads

More in south, we go  to Tam Coc, a nice place, but for us, it looks too much to Yangshuo that we’ve seen in China. We still take time to visit a bit before continuing our way to south.

A bit more in south, we arrive at Dong Hoi, we have to make a forced break, Marion have problems with her lens contact (due to dusty roads). So here it’ll be before all, rest. Then, now me are here, we rend a scooter, to go to Phong Nha-Kẻ Bàng National park, and visiting one of its caves. It’s in this park that in 2009, the world biggest cave has been discovered. (Sơn Đông cave, is 5 km deep, 200m high and 150m wide), but the expedition is around 3000 $us, so we shall merely visit Dộng Thiên Đường cave (also known as « Paradise cave »), discovered in 2005.

From Dong Hoi, I quickly go to Danang, to request our visa extension, it’s on our way, we’ll get back there in few days.

Then we arrive in Hội An, a small city, with well preserved colonial style, the street atmosphere at night is very nice, and has the advantage of being a few kilometers from the sea, and its surroundings are well suited for cycling. We’ll stay one week there.

Next step is Kon Tum, small village lost in mountains, Around it, are several small villages of ethnic minorities. Thanks to Banh, a contact in Vietnam, we discovered more about ethnic minorities, although not realy respected by the governement. We spent two days over there, but our visa reminds us it’s already time to go.

From this moment, things start to get complicated…
1. We are close to Laos and Cambodia’s border, and this area is forbidden to tourist (we still don’t understand why). , However, after 15km of descent, a military announce us that we have to get back, back to our starting point and climb these 15km… It attack troop morale.
2. Next day, we take a « shortcut » and most of all, a road to avoid too much elevation, it’ll prove that it was a bad strategy. Our road become track, then we cross water, then rivers, track become mud then sand… Here no more choice, we have to push.
Late afternoon, people we met tells us that we are on wrong way, they show us the good one but our GPS is like us… lost in the middle of nowhere and sand still is there. So it’ll be pushing on next 15km. We miss time to join next willage (and we don’t know how far it is) and night came, so we sleps in the jungle tonight, hoping to find a village tomorrow (we are missing water, so we’ll apreciate it). It’ll be done next day, after 10km.

After few days, we enter in Buôn Ma Thuột, small city lost in one of the most important region for caffee production (Vietnam is second productor of coffee worldwide, after Brazil). So, difficult not to test the local coffee, and I have to admit that it is good. Nothing to compare with european coffee, first because it is roasted with cocoa beans which gives it a slight chocolate flavor, and also because here it is drunk iced and with sweetened condensed milk … delicious!

From here, we decided to take a bus, the team is exhausted, gradient too hight, we’ll arrive directly in Ho Chi Minh city in few days.

In Vietnam, we found some traces of french dated from Indochine. On the roadside, some nice Michelin kilometer marker give us some precious informations about next village, we also found with pleasure, baguette, quite the same as the french one, it’s just a bit smaller, but the taste and crispness are there.

So, last days in Ho Chi Minh, it’s time for us to separate with Marion.
After seven month cycling, she decided to came back in France, not to stop all trip, but only cause she wanted to have a break.
Next start, when, how ? I hope our roads will cross again.
About me, I go back on the road, direction Cambodia.

 fr Version française

­D’Hạ Long à Hô-Chi-Minh

Petit séjour au Vietnam, après deux mois en Chine. Nous sommes heureux de passer enfin la porte de l’Asie du Sud-Est.

Le changement majeur c’est l’accueil des gens, ici un sourire en appelle un autre, les enfants nous rattrapent avec leurs vélos à la sortie de l’école, essayant de nous parler avec leurs quelques mots d’anglais. Nos premières impressions sont donc plutôt positives.
Dans le nord du pays, nous trouvons principalement des champs de riz, à perte de vue, plus on descend et plus les cultures se diversifient, nous trouvons maintenant du café, du poivre, du manioc, et des hévéas (arbre à caoutchouc).
Bon autant dire qu’il est difficile de trouver des endroits ou camper dans le nord.

Notre première escale se fera dans la mythique baie d’Ha Long, plus précisément dans la baie de Lan Ha, non classée à l’UNESCO, elle est moins touristique et très semblable à sa grande sœur. Pour cela nous nous rendons sur la petite île de Cat Ba, nous y retrouvons Colline et Mathieu, que nous avions rencontré quelques semaines plus tôt à Yangshuo (Chine). Nous décidons de louer des kayaks afin de visiter la baie par nous même, et tant qu’à faire, nous embarquons nos tentes pour aller dormir sur une plage sauvage de la baie. Perdue entre toutes les îles et les villages flottants, la baie est magique, mais une tempête tropicale est en approche, nous devons rentrer un peu plus tôt que prévu le lendemain matin. Pour la suite, nous optons pour l’option « motorisée » afin de visiter le reste de l’île (une fois n’est pas coutume) en scooter.

Nous prenons ensuite la direction de Hanoi, la capitale vietnamienne. L’idée est d’y faire étendre notre visa d’un mois, mais nous arrivons trop tôt, notre visa a encore une trop longue validité, impossible de l’étendre ici… Pendant ce temps, nous ne trouvons pas de grand intérêt à la ville, la plus grande partie des gens se déplacent en scooter, alors les rues en sont pleines, créant même des bouchons de deux roues sur plusieurs voies. Ici on monte à deux, trois, quatre, cinq et même six sur un seul scooter, tant qu’il y a de la place, on y va. Bon nous on reste sagement sur nos vélos que l’on pose bien rapidement et que l’on reprendra aussi rapidement d’ailleurs.
Nous reprenons la route du sud.

Au Vietnam il y a deux axes principaux :
La route 1 qui va d’Hanoi à Ho Chi Minh en longeant la côte
la HCMR (Ho Chi Minh Road) qui suit le même axe, mais plus dans les terres, ces axes étant trop grand pour nous, nous prenons l’option petites routes tranquilles, et nous avons bien fait.

Plus au sud nous passons par Tam Coc, joli petit coin, mais pour nous il ressemble trop à ce que nous avons vu en Chine, à Yangshuo. Nous prenons quand même le temps de nous y balader avant de continuer notre route.

Un peu plus au sud, nous arrivons à Dong Hoi, la pause y est un peu forcée, Marion à des soucis de vue, le pays étant très poussiéreux, ça pose quelques soucis avec ses lentilles. Alors ici ça sera avant tout repos. Et puisqu’on est posé, nous louons un scooter pour aller faire le tour du par national de Phong Nha-Kẻ Bàng et visiter l’une de ses grottes. C’est dans ce parc qu’à été découverte en 2009 la plus grande grotte du monde (la grotte Sơn Đông, faisant près de 5km de long pour 200m de haut et 150 de large), mais à 3000$ l’expédition, on se contentera de la Dộng Thiên Đường (cave du paradis) découverte en 2005.

De Dong Hoi je file déposer nos passeports à Danang pour faire étendre notre visa, c’est sur notre route nous passerons les récupérer dans quelques jours.

Nous arrivons ensuite à Hội An, petite ville charmante au style colonial assez bien préservé, l’ambiance des rues le soir est vraiment sympa et elle a l’avantage d’être à quelques kilomètres de la mer, et ses alentours se prêtent bien aux ballades à vélo. Nous y restons une semaine.

Prochaine étape, Kon Tum, petit village perdu dans les montagnes, autour se trouvent plusieurs petits villages de minorités ethniques, Grace à Banh (merci Romain pour le Contact) nous en découvrons plus sur ces minorités, pas forcément très respectées par le gouvernement d’ailleurs. Nous passons deux jours là-bas, mais notre visa nous rappelle qu’il faut déjà y aller.

C’est à partir de ce moment-là que les choses commencent à se compliquer.
1. Nous sommes près de la frontière avec le Laos et le Cambodge, mais cette zone est interdite aux touristes (nous n’avons toujours pas bien compris pourquoi). Toujours est-il qu’après 15km de descente, un militaire nous annonce qu’il faut tout refaire en arrière, revenir au point de départ et remonter les 300m de dénivelé… ça attaque le moral des troupes.
2. Le lendemain, nous prenons un « raccourci » et surtout une route pour éviter les trop forts dénivelés, ça se révèlera un mauvais choix stratégique. La route devient de la piste, puis nous traversons des cours d’eau, puis des rivières, la piste laisse la place à la boue puis au sable, la, plus le choix, il faut pousser.
En fin de journée, des gens que nous croisons nous indiquent que nous sommes sur la mauvaise route, ils nous remettent sur la bonne, mais la, le GPS ne nous suit plus du tout, on est au milieu de… rien, et le sable est toujours la. Ça sera du « pousse-pousse » sur les 15 derniers kilomètres. Pas le temps de rejoindre un village, la nuit tombe, nous dormons donc au milieu de cette jungle, sans savoir si nous trouverons un village le lendemain (nous sommes à court d’eau alors il serait bon en trouver un quand même). Ça sera chose faite après 10km.

Après quelques jours, nous voilà à Buôn Ma Thuột, petite ville perdue dans l’une des principales provinces productrice de café (Le Vietnam est le second producteur mondial de café, après le Brésil). Alors difficile de ne pas tester le café local, et je dois avouer qu’on y prend goût. Il n’a rien à voir avec le café que l’on a l’habitude de consommer en Europe, déjà parce qu’il est torréfié avec des fèves de cacao, ce qui lui donne un léger goût de chocolat, et aussi parce qu’ici il se boit glacé et avec un trait (plus ou moins gros) de lait concentré sucré… un délice !

D’ici nous décidons de prendre un bus, l’équipe est fatiguée, et le relief bien escarpé. Nous arriverons donc directement à Ho Chi Minh Ville dans quelques jours.

Au Vietnam nous avons retrouvé quelques traces du passage des Français à l’époque de l’Indochine. Au bord de la route, de belles bornes kilométriques Michelin nous accompagnent et nous donnes de précieuses informations sur les distances des prochains villages. Nous y avons aussi retrouvé, avec plaisir, la baguette, côté taille, on est plus sur du pain individuel, mais le goût et le croustillant sont là.

Voilà, derniers jours à Ho Chi Minh, c’est l’heure de nous séparer avec Marion.
Après sept mois de voyage à vélo, elle a décidé de rentrer en France, non pas pour arrêter tout voyage, mais simplement parce qu’elle a envie de faire une pause.
Prochain départ, quand, comment ? J’espère que nos routes se recroiseront. Quant à moi, je prends la route pour le Cambodge !

5 réflexions au sujet de « Two month in Vietnam / Deux mois au Vietnam »

  1. quel bonheur de retrouver la suite de votre voyage avec les amis et le vietnam–si accueillant!! les uns continuent— les autres rentrent!! c’est- le fil de la vie!! et chez nous–c’est le’ drame des attentats et cela nous angoisse terriblement!!—bon vent et vive les rencontres fortuites!!–et généreuses….

    1. The words “false prt22eo&#8hp1; keep coming to mind when I hear either of them speak …Fitting since the folks in her expression of the Church tend to obsess over that kind of thing ….

  2. Bonjour Antoine
    Merci toujours et encore pour ces photos de ces visages si expressifs
    et de toutes ces scènes de vie locale.
    J’attends avec impatience tes prochaines vidéos .
    Bonne route

  3. Dat vind ik een lief idee, dat je jullie derde Bregje willen noemen!Ik heb toen lang zitten te piekeren over een naam. Ik wilde iets liefs en ook stoer. Elke keer riep ik dan een naam, en dan was er altijd wel één van de 4 kinderen die NEE riep. Maar deze, dat zat goed.Ik wens je heel veel geluk met jullie Bregje, en hoop dat het voor haar ook een geluksnaam is. Ik denk het wel, want ze komt immers eindelijk thuis, bij jullie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA
Change the CAPTCHA codeSpeak the CAPTCHA code